Les différents types de gilets de sauvetages


En mer, la sécurité ne doit jamais être négliger. La pratique du nautisme et sports d'eaux sont dangereux, une chute accidentelle n'est pas rare. Il est donc important d'avoir le matériel adapté a sa pratique.




Gilets de sauvetage : Les normes de sécurité


Comme n’importe quel type de matériel de sécurité, les gilets de sauvetage respectent des normes d’homologations internationales et continentales. Chaque embarcation doit être équipée de gilet agrée par la norme CE et conforme à la norme ISO 12402.

Cette norme classe les gilets de sauvetage selon leur niveau de flottabilité.

L’indice de flottabilité est exprimé en newton : soit 1 newton = 0.1 kg.

Il existe quatre catégories de gilet de sauvetage :




Le gilet à flottabilité 50 newtons :

Ce gilet ne retourne pas son porteur sur le dos, il dégage juste les voies respiratoires. Il constitue une aide à la flottaison pour une personne consciente et sachant nager et nécessite donc des efforts de la part de celui-ci. Le gilet 50 newtons doit être utilisé en eau calme et à proximité d’un poste de secours. Il est plus adapté à la navigation côtière.


Le gilet à flottabilité 100 newtons :

Le gilet retourne son porteur en 10 secondes pourvu que les vêtements de ce dernier ne soient pas trop lourds. Ce gilet est conçu pour la navigation côtière. Le port du gilet à flottabilité 100 newtons est recommandé aux enfants de plus de 30 kg.


Le gilet à flottabilité 150 newtons :

Le retournement se fait en 5 secondes, il est conçu pour les personnes ayant peu d’expérience à la nage. Le gilet convient aux personnes pesant entre 60 et 70 kg.

Le gilet à flottabilité 150 newtons est idéal pour la navigation régulière et hauturière.

Le gilet à flottabilité 275 newtons :

Le retournement se fait en moins de 5 secondes. Ce gilet est idéal pour les personnes n’étant pas à l'aise dans l'eau. Même si le porteur porte des vêtements lourds, la flottaison est garantie. Le gilet 275 newtons garde son porteur à la surface même dans les conditions extrêmes.



Les différents types de gilets de sauvetage


Il existe trois types de gilets de sauvetage : le gilet automatique, le gilet hydrostatique et le gilet d’aide à la flottabilité :

Le gilet automatique ou à pastille de sel :

Comme son nom l’indique, ce gilet gonfle automatique au contact de l’eau. Ce mécanisme se déclenche lorsque la pastille de sel à l’intérieur du gilet fond. Notons que le dispositif ne s’active qu’à immersion totale du porteur, il n’y a donc pas d’inquiétude à avoir sur un éventuel déclenchement inopportun.


Le gilet hydrostatique :

À l’instar du gilet à pastille de sel, le gilet hydrostatique se gonfle automatiquement au contact de l’eau. Toutefois, au lieu d’utiliser un dispositif à pastille, il détecte la pression de l’eau pour déclencher le gonflement : c’est le dispositif Hammar. L’avantage de ce gilet c’est qu’il peut être porté et stocké dans n’importe quelles conditions.

Le gilet d’aide à la flottabilité :

Ce gilet n’est pas vraiment considéré comme un gilet de sauvetage puisque son indice de flottabilité est inférieur à 100 newtons. Il constitue toutefois un matériel de sécurité incontournable pour les sports nautiques (ski nautique, kayak etc….)